02 octobre 2009

Je Tu Il...

L'amour a des contours de géométrie variable
Quand les impondérables du sentiment tournent à l'imprévisible,
Et veillent à arrondir les angles au plus acceptable,
Quand les élans passionnés rendent l'amour illisible...
Les triangulaires du cœur bordent les jours et les nuits,
De tous ceux qui se font prendre au piège du hasard,
Qui unit et désunit sans crier gare,
Des cœurs et des corps qui s'appellent au fond de la nuit...

Je, Tu, Il ... qui passent d'un sommet à l'autre
Comme au jeu des chaises musicales,
Quand la musique du cœur s'interrompt au milieu de la côte,
Et donne à la construction un air un peu bancal...
Où est le "je", le "tu" ou le "il" qui s'installe
Au sommet d'une triangulaire d'incompréhension,
Au centre de laquelle se conjuguent toutes les passions...
Sait-on jamais où la vérité est la plus redoutable ?...

Le "Je" voyage sur les côtés de ses drames,
Le "Tu" qui se tait pour ne pas paraître discordant
Face à l'"Il" de volupté où se prennent tous les élans
Pour atteindre l'île qui trouble l'horizon à portée de rame...
Se faisant challenger obligé d'une figure inconnue,
A construire ou à déconstruire sans théorème à appliquer,
Sans formule magique pour continuer à savoir s'aimer,
Contre vents et tourments, aux quatre vents, brûlants et éperdus...

Qu'il soit isocèle, rectangle ou banalement sans définition,
Le triangle est la forme la plus instable de l'amour,
Et chacun à sa façon tente d'y tracer ses propres contours,
Seul moyen de réconcilier la géométrie du sentiment à l'unisson...
Si tous tentent d'y rester d'abord fidèles à ce qu'ils sont,
Beaucoup s'y perdent beaucoup plus que de raison,
En s'abandonnant sans rien vouloir abandonner,
En croyant pouvoir s'aimer de cette façon en pleine vérité...

L'amour n'a que peu de capacité d'imagination et de fraternité,
Quand il s'agit d'inventer des constructions à partager.
..

... LW ...

Posté par laurencewitko à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juillet 2009

Je vais me resservir

" La vie c'est gratuit, je vais me resservir et tu devrais faire pareil
Moi je me couche avec le sourire et je dors sur mes deux oreilles
La vie c'est gratuit je vais me resservir et ce sera tout le temps pareil
Moi je me couche avec le sourire et je dors sur mes deux oreilles."

Grand Corps Malade


C'est vrai que ça m'a fait un petit passage à vide de devoir quitter cet endroit...
Pas que les mots se soient enfuis, ils sont toujours là... et ça continuera...
Juste que je me dis que
je viens de boucler une boucle qu'aura duré deux ans...
Et que maintenant il faut que je passe à autre chose, c'est pas qu'un déménagement...
Plus que jamais je sais que la vie est un défi permanent qu'on ne se lance qu'à soi
Et que je viens de terminer celui-là...

Elles ont passé tellement vite ces deux années
je m'en suis même pas aperçu...
De concours de circonstances en heureux hasards et d'imprévisibles en imprévus
J'ai parcouru un chemin pas toujours facile mais pas aussi difficile que ça non plus
Et
je vais me resservir c'est sûr, parce que mon appétit n'a pas disparu...
Oui... la vie c'est gratuit, même si bien sûr que pour récolter faut investir
Autant y réfléchir avant de voir la vie du côté pire, et miser plutôt sur le sourire...

Au bord d'un précipice on a toujours le choix, de regarder en bas et d'être pris de vertige
Ou de lever les yeux et d'apprécier la proximité des cieux et l'ivresse d'un paysage de prestige
Parce que pour qu'il y ait risque de chute, faut déjà avoir atteint une certaine hauteur
Comme pour les verres à moitié pleins ou à moitié vides, c'est qu'une question d'humeur...
La vie a toujours une sorte d'effet boomerang,
qu'on le veuille ou non,
C'est nous qui accordons le la de nos diapasons...


Je vais me resservir, et même je vais déguster...

La vie comme un grand banquet qui s'offrirait et qu'il n'y a aucune raison de refuser...
Même si y a des plats qu'on apprécie moins faut se dire qu'on n'y sera pas conviés deux fois
Et que c'est bête de laisser passer l'occasion, y a pas qu'en donnant qu'on reçoit
Il faut aussi savoir prendre...
sans attendre et sans culpabilité
La vie est un buffet où chacun remplit son assiette d'opportunités...

Je suis
issue de la génération qui a grandi avec un "no futur" annoncé...
Et pourtant les années ont continué à se succéder...
Les punks rebelles et déjantés ont laissé la place aux "émo" à crinières noires
Qui se lacèrent l'avenir à coup de visions de désespoir
Et je me dis que la jeunesse n'est peut-être pas comme on nous le dit
Le plus bel âge de la vie...


Mais ce que j'ai appris, c'est que peu importe les humeurs de la vie,
Tant que tu continues à sentir battre ton cœur, rien n'est jamais fini
L'avenir n'est pas un jeu aux règles établies, et on peut toujours rectifier le cap
Même quand on croit parfois que la vie nous échappe...
L'avenir, la vie... tout est gratuit et tu peux te resservir
C'est notre "inconfiance" qui nous coûte cher... pas nos sourires...

" La vie c'est gratuit, je vais me resservir et tu devrais faire pareil
Moi je me couche avec le sourire et je dors sur mes deux oreilles
La vie c'est gratuit je vais me resservir et ce sera tout le temps pareil..."


...L.W...

 

Posté par laurencewitko à 04:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2009

Super Woman...

On va faire un peu d'arithmétique basique
5 + 16, ça fait ?... 21 ! Bien !
Anciennement, c'était le chiffre de la majorité, de la liberté, hein !
Pourtant chez moi il fait pas l'même déclic !

5 heures... 5 heures de sommeil par nuit
16 heures... 16 heures de course à la vie
Reste 3 heures....
3 heures pour faire la nique au bonheur...

C'est pas super Woman qui vient vous faire un slam
Je passe mes charmes avant mes drames
Quand je déclame, pour pas tirer d'alarme
Mais des fois je m'enflamme !...
Et c'est mon ras le bol que j'ai envie de lâcher
Parce que des fois je suis fatiguée... Juste fatiguée...
Même pas amère ni en colère...
Juste un peu marre qu'on m'pompe tout mon air sans en avoir l'air...

Les doubles journées, les doubles corvées, les doubles casquettes
Et malgré l'épuisement qui parfois me guette
Faudrait toujours garder le sourire, jamais faire la tête
Et être en toutes circonstances pomponnée comme une midinette...
On gère et on orchestre avec brio tout notre petit monde
On le porte à bout de bras, de force et de patience
On défriche et on dépoussière tout à la ronde
Pour embellir le quotidien de l'existence...

On les attend même pas les merci...
Même pour nous c'est normal
De s'occuper des chaussettes sales
De servir de post it et de taxi...
Et puis des fois sans qu'on sache pourquoi
Un petit rien déclenche un tsunami singulier
Un truc qui se met à déferler et on se met à hurler
Pour une broutille qui soudain... ne passe pas...

On se heurte alors à l'incompréhension
« Pourquoi tu deviens hystérique ? Pourquoi tu cries ? »
Oui... La question est intéressante : pourquoi tu cries ?
Comme ça … Sans raison...
Mais ces raisons qui... « n'existent pas »...
Je sais bien que toutes les femmes ici les comprendront
Sans avoir besoin que je les détaille à fond
A peu de choses près on livre toutes les mêmes combats

On répète les choses un millions de fois
A croire qu'on évolue dans un monde de malentendants chroniques
On passe, on ramasse, on range, on organise et on nettoie
On écoute, on câline, on supporte les critiques...
On relègue ou on diffère nos besoins et nos envies
Même quand après une journée bien remplie
On aimerait bien aussi se vautrer sur le canapé
En attendant qu'arrive comme par magie un diner tout préparé...

Mais Super Woman... Faut pas l'oublier...
C'est jamais qu'une série télé...
Et j'ai vraiment pas envie de lui ressembler !...


... LW...


Posté par laurencewitko à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2009

Le train train de la vie...

" N'oubliez pas de vivre pendant votre voyage vers la tombe..."
David Baird



Vous avez pris place à bord du train train de vie à direction unique...
Les itinéraires sont changeants et pas toujours très bien définis au départ...
Nous n'avons pas d'informations précises sur la durée du voyage...
Tout dépendra de vos capacités, de vos envies et de votre volonté à le poursuivre...

Vous avez composté votre billet en prenant votre première respiration...
Nous espérons toutefois, que vous continuerez à être attentif à ne pas manquer d'air...
Le système de ventilation et d'air conditionné n'étant jamais que des machines...
Il vous incombe de surveiller vos besoins en oxygène par vous-mêmes...

Le voyage sera ponctué de différentes étapes et différents aiguillages possibles...
Nous comptons sur vous pour apprécier ceux qui correspondent le mieux à vos attentes...
Dans le cas où vous seriez complètement perdus, n'hésitez toutefois pas, à demander de l'aide...
Savoir poser les bonnes questions pour arriver à bonne destination, est un sage précepte...

Quoi qu'il en soit, nous vous garantissons que vous finirez par arriver au bout du voyage...
Nous vous souhaitons que celui-ci se déroule au mieux et dans les meilleures conditions...
Le voyage peut paraître long par moments, mais il vaut le coup...
D'autant plus que vous avez l'entière liberté de l'agrémenter à votre guise...

Nous vous demanderons de bien vouloir rester attachés durant les passages périlleux...
Garder les pieds bien au sol est parfois préférable, les risques de chute étant ainsi réduits...
Et vous pourrez allègrement vous dégourdir et profiter du paysage le reste du temps...
Ces passages peuvent être éminemment difficiles... mais ils ne sont pas si nombreux...

Des "escales" quasi paradisiaques seront au programme pour ceux qui sauront les découvrir...
Ce voyage fonctionne un peu comme un jeu de piste plein d'indices...
Vous apprendrez beaucoup si vous savez garder les yeux et le coeur ouverts...
Nous ne nous chargeons que des aspects techniques, le reste vous appartient...

Nous ne pouvons garantir aucune sécurité émotionnelle durant le trajet...
Les cahots sont un phénomène normal, nous traverserons toutes sortes de paysage...
C'est votre façon de regarder qui donne aux reliefs leur importance...
Et au final, vous restez libre de quitter le train à tout moment...

Vos yeux sont la première modalité par laquelle vous pouvez apprécier le voyage...
Mais ne sont pas la seule : vous êtes dotés de nombreux autres sens pour distinguer le vôtre...
Ayez toujours foi en la lumière qui viendra au bout du tunnel...
Et en celle que, peut-être... vous trouverez aussi à la fin de ce voyage-ci...

Ne pouvant garantir ce qu'il adviendra lorsque vous aurez quitté ce train...
Nous vous conseillons de profiter de chaque instant au moment où il s'écoule...
De prendre plaisir à voyager, seul et en compagnie des autres usagers...
Pour en ramener les meilleurs souvenirs... et découvrir les splendeurs que la vie peut vous offrir...

Aucun billet ne pourra être échangé... ni remboursé...

... LW...    

 

Posté par laurencewitko à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2009

Souriez !...

" Les personnes sincères se contentent souvent de sourire."
J & C Messinger


Parfois les mots sont inutiles... voire superflus...
Quand il y a une communion d'esprit, de sensibilité qui nous permet d'être ce que l'on est...
Quand on n'a rien à prouver, rien à cacher, rien qu'à être vrai...
Quand on a dans le coeur juste la joie du moment présent et rien de plus...

Oui... les personnes sincères n'ont pas besoin de discours pour faire passer leur message
Quand elles ont dans les yeux tout l'éclat de leurs émotions ressenties
Et dans leur cœur, une large fenêtre pour recevoir le soleil des autres qui luit...
Notre propre sérénité découle souvent, ne l'oublions pas, de cette notion de partage...

Malgré la noirceur du monde
auquel on veut nous faire croire, moi je sais...
Qu'il existe, un peu partout alentours, des gens qui se ressemblent...
De tous horizons, tous âges et tous milieux, les mots les rassemblent,
Les envoute et les émerveille, et aussi les fait se taire d'admiration et de respect...

Les mots nous lient, nous relient,
ceux qu'on lit, ceux qu'on écrit, et ceux qu'on dit...
Pourtant ceux qui nous retournent de l'intérieur nous laissent souvent sans voix
Juste avec nos émotions, nos sensations, notre admiration et notre émoi...
Emoi et moi... entre nous, c'est le sourire qui dit le mieux quand on se sent ravis...

Les vrais sourires ne se commandent pas, ils s'imposent d'eux-mêmes... ou pas
Ils sont plus proches de la vérité que tous les mots qu'on invente pour remercier,
Pour dire qu'on aime, qu'on apprécie ou qu'on se sent touchés...
Le sourire est une rime simple et facile qui ne ment pas...

...LW...       


Posté par laurencewitko à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 mai 2009

Les yeux grand fermés

 

L'amour n'est ni aveugle ni mal voyant,
C'est un acte volontaire de fermer grand les yeux...
Pour entretenir nos rêves et nos désirs fougueux,
Indépendamment de tout réel existant...

Le regard est un nichoir où couvent nos histoires
Avant de prendre envol vers leur espoir...
Les jeux de l'amour n'y doivent rien au hasard,
Quand l'œillade s'érige en maitre du traquenard
Et que nos silences ostentatoires sont bien plus bavards
Que tous les discours qu'on pourrait avoir...

Que la pupille s'agrandisse, et que l'iris s'épice,
De l'effronterie complice qui annonce les prémices,
D'une suite annoncée avec malice en coulisse,
Et l'on imagine déjà cette nouvelle esquisse,
En tête, in extremis, de notre love box office,
Nul besoin de Live Box pour se connecter au délice...

L'amour ne cherche pas la rime du toujours,
Quand il savoure dans le contrejour,
Le velours de l'œil qui s'enamoure,
Promettant de son glamour, un parcours
Dont l'imagination dessine les contours,
Et que le regard accueille et défie sans détour...

Ce n'est qu'ensuite que l'amour feint de ne pas voir
Quand sorti de sa préhistoire, et des secrets de son boudoir,
Il se met à la barre d'un voyage en duo et en balançoire,
Entre réel et illusoire, confronté à son histoire,
Il rue dans ses brancards, met ses bécarres,
Et préfère se voiler le regard...

L'amour n'est ni aveugle ni mal voyant,
C'est un acte volontaire de fermer grand les yeux...
Pour entretenir nos rêves et nos désirs fougueux,
Indépendamment de tout réel existant...

Les yeux grands fermés pour garder le cœur bien ouvert,

Et ne pas se laisser troubler par les courants d'air,
Qui pourraient faire que le sentiment s'altère...
Les yeux grands fermés pour que la raison se modère,
Et que domine l'envie sincère et nécessaire,
D'apprécier de l'amour toute sa lumière et son mystère...

L'amour n'est ni aveugle ni mal voyant,
Mais pour passer les caps délicats,
Il faut porter volontairement parfois,
Des verres teintés par dessus ses montures de sentiment...


...L.W...


 

Posté par laurencewitko à 01:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2009

Des Gens qui nous ressemblent...


Inutile de jouer à l'adulte référent

Moi ce que je leur apprends aux enfants
C'est que l'adulte est un mythe
Inventé par d'anciens enfants devenus grands
Qui tentent de se rendre puissants
Aux yeux de personnes qu'ils jugent plus "petites"...

Une grande personne n'est pas grande par les années
Une vraie grande personne l'est par son authenticité
Une grande personne n'a pas de leçon à donner
Mais doit être un exemple auquel on a envie de ressembler
Une grande personne ne possède rien de plus qu'un enfant
Si ce n'est d'avoir capitalisé plus de temps...

Inutile de s'illusionner sur notre rôle de conseiller
Chacun trouve seul son chemin pour s'élever
Et tous les conseils et avertissements donnés
Ne servent qu'à nous conforter dans nos propres idées
Chercher à convaincre, à aiguiller et à influencer
N'est pas signe de grande maturité...


Une grande personne n'est pas un modèle sur lequel se calquer
Elle n'est qu'un chevalet sur lequel appuyer
Des toiles vierges en train de s'esquisser

Et les harmonies de couleur sont la touche personnelle
Qui ne se développe qu'à la confrontation du réel
Jamais dans des godets pré remplis ou ayant déjà été utilisés...

Une grande personne n'a pas à se jouer
Ni sur le théâtre de la vie ni dans l'intimité
Une grande personne ne peut donner que ce qu'elle est
Un pèlerin un peu plus avancé sur le chemin de sa propre vérité
Rien ne sert de faire croire qu'on l'a trouvé
Tant qu'on garde notre bâton à la main pour continuer d'avancer...

Les enfants accueillent à bras ouverts
Ceux qui savent reconnaître leurs travers
Et ne pas s'en offusquer ni se justifier
Car leur monde contient beaucoup plus de vérité
Ce sont les grandes personnes qui apprennent à mentir aux enfants
En inventant les mensonges nécessaires pour jouer ce rôle de "grand"...


Grandeur et petitesse de parents sans mémoire,
Qui veulent maitriser et gérer des histoires
Qui ne leur appartiennent de toute façon pas...
Les enfants ne sont ni des "sous personnes" ni des rois
Ils sont juste des gens qui nous ressemblent

Il faut en tenir compte pour vivre bien ensemble...

... LW...

Posté par laurencewitko à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2009

En ces temps de crise...

En ces temps de crise, où le pouvoir d'achat cherche ses nouvelles marques,
Les ladies, en crise de gourmandise, aigüe et compulsive, de la super démarque,
Pourraient bien refaire une beauté à leurs porte-monnaies alanguis,
Si elles ajustaient leurs envies compulsives, à d'autres horizons moins défraichis...
Il suffirait de presque rien, peut-être quelques besoins de moins,
Pour rééquilibrer leurs balances des finances, et retrouver un solde serein...

"Faites l'amour, pas les magasins !"... Peut-être que l'économie vous en voudra,
Mais votre conjoint vous déculpabilisera vite de ce sentiment-là,
Doublement rassuré sur sa trésorerie et sur sa virile puissance redécouverte...
Il ne lui faudra guère de temps assurément pour louer cette période de disette...
Et apprécier cette nouvelle forme de shopping, bien au chaud sous la couette,
le découvert n'a pas la même valeur de sueurs et de pertes...

Ne dit-on pas, que c'est dans l'adversité et l'épreuve que se resserrent les liens,
La période est idéale pour en tester la vérité et s'offrir au quotidien,
Comme un goût de Saint Valentin en habit de jour câlin et coquin,
Plutôt que de courir le marathon des magasins sans réelle faim ni fin...
Et découvrir enfin que ce plaisir procuré par une denrée qui s'achète,
N'est qu'un cache-misère de notre réel manque de bien-être...


L'argent permet beaucoup de choses, mais n'apporte rien en soi...
Pour juger du bonheur de notre condition, pas la peine de faire plein d'additions,
La simple équation "désir sur satisfaction ressentie et sensation de plénitude",
Nous donne un indice de bien-être sans équivoque par rapport à notre complétude...
Désirer l'argent pour croire au bonheur est un leurre illusoire et sans espoir,
Sa valeur est éphémère et changeante, et son état toujours transitoire...

Alors que l'amour est un placement de valeur plus sûr, dans le temps et la quiétude,
Aimer l'amour pour l'amour n'est pas péché de chair comme le répandent les prudes,
Faire l'amour est une fonction de l'être humain totalement prévue dans notre biologie,
Et notre corps nous en remercie, quand il s'abandonne à cette douce alchimie...
Nos vies décalées et stressées tendent à faire passer l'amour parfois au second plan,
Mais c'est une grave erreur de jugement que de croire que l'on vit aussi bien sans...

Faire l'amour avec amour, évidemment, et non pas comme des bêtes en rut,
Est un partage humain qui n'a aucun équivalent qui le réfute,
Qui ne coute rien d'autre que l'abandon de soi à l'autel du plaisir,
Qui apaise les tensions, et force la détente, fait brûler des calories et ravive le sourire...
Médicament de l'âme et baume corporel, l'amour a bien des vertus cachées à redécouvrir
En ces temps de crise, ne paniquez pas sur les euros, mais laissez-vous donc (re)séduire...

L'amour est une bonne affaire qui ne s'achète nulle part, mais qui peut s'échanger partout...
Non remboursé si insatisfait, mais on peut toujours tenter le coup...



... LW...

Posté par laurencewitko à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2009

Les remparts du temps...

J'ai déposé mon avenir aux portes des temps à venir...
Pas d'idées arrêtées, pas de projets délimités...
Juste des envies, des rêves, des souhaits et des désirs,
Pour dégripper les portes charnières coincées...
La confiance et la certitude de mes choix
Sont l'huile qui viendra à bout de tous les cadenas...
Rien ne sert de poser des verrous sur le futur,
Chaque nouveau mur tombé permet de nouvelles écritures...


L'avenir est une créature fantastique, inventée par notre mental,
Qui n'existe que dans le présent... c'est tout son côté paradoxal...
Dès qu'on y rentre, il cesse d'exister...
Tant qu'on l'attend, il n'a pas de réalité...
Le futur est donc une sorte d'espace temps virtuel,
Dans lequel on ne peut vivre qu'au projectionnel...
Est-ce vivre que de se décaler du réel dans un espace temps inventé ?
Est-ce ressentir la force de vie que d'ainsi l'hypothéquer ?


Je refuse de gâcher l'instant, sur des conjectures imparfaites,
Sur des plans idéaux ou des rodéos mentaux insatisfaisants,
Vivre dans son temps, en déléguant ses doutes et ses tourments,
A d'autres vents, à d'autres moments en économisant sa tête...
Savoir que rien, jamais, ne justifie de perdre confiance,
Que la fin ne justifie jamais les moyens,
Mais que tous les moyens sont en nos mains,
Pour regarder la vie comme une navigation de plaisance...

... LW ...  

Posté par laurencewitko à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2009

Dialogue incertain...

Elle disait : J'ai peur de moi, beaucoup plus que de toi...
Il est plus facile d'accorder sa confiance à quelqu'un d'autre qu'à soi-même...
J'ai peur du temps qui écrit la vie autrement que comme on la prévoit...
Et de l'impermanence des choses et des gens qu'on aime...

Il répondait : On n'y peut rien, la vie est à prendre comme elle est...
On ne peut pas écrire sans risques sur le sable de nos océans de vie...
Mais si on ne croit pas soi-même à ses propres projets,
On est encore plus désarmés devant le flot des marées qui nous envahit...

Elle disait : L'incertitude de demain dénature mon goût pour l'instant
En faisant ressortir les "A quoi bon ?" dans toute leur saveur et leur splendeur...
J'ai besoin de poser mes pieds et mon coeur sur un terrain moins mouvant...
Et de me faire croire que les couleurs du futur restent en harmonie avec le bonheur...

Il répondait : Ce n'est pas des couleurs du futur qu'il faut douter...
L'avenir est incertain, puisqu'il n'existe pas, ni au passé ni au présent...
Le futur n'est que dans nos têtes quand on imagine la route qu'on a à tracer...
Rien ne sert de chercher à prédire sauf à faire mentir son besoin d'aimer...

Elle disait : Dans tes bras, je me sens chez moi, je ne veux pas déménager...
Pourtant je redoute l'usure des murs, les vents violents et les appels du large...
Qui pourraient m'éloigner de ces nouvelles racines qui m'ont fixé...
Pour s'aimer, comme pour se quitter... Il n'y a pas d'âge...

Il répondait : La confiance n'est jamais acquise, c'est un chemin à prendre...
Sur lequel on s'engage pour pouvoir défier sans peur tous les lendemains...
S'il fallait attendre d'avoir des certitudes pour agir, on ne ferait jamais rien,
Parce que le propre de la vie et son intérêt c'est bien de nous surprendre...

Elle disait : Mes mots s'effraient quand j'ai envie de te parler d'amour,
On dirait qu'ils se cachent, qu'ils craignent d'être bafoués...
Si d'aventure ils se prenaient à jurer sur l'autel des toujours...
Au lieu de se contenter de nos séjours d'hôtels et de nos silences émerveillés...

Il répondait : Les mots sont un langage partiel, qui ne disent rien de bon
Quand ils sortent de la raison pour tenter d'effrayer la candeur du coeur...
Ne les laisse pas te faire douter de toi et de tes moments d'émotion...
De tous les maux sur terre, ce sont les mots qui sont les plus ravageurs...

Elle disait : Mais mes silences... ne t'effraient-ils pas ?
N'as-tu pas besoin d'interpréter tous ces mots que je ne dis pas ?

Il répondait : Tes silences ne me feront pas peur
Tant que je sentirai tout près de moi ta chaleur...
L'absence fait bien plus mal que le silence...


... LW...


Posté par laurencewitko à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]