J’ai ouvert le grand dossier de mes e-mails à traiter…
C’est beau la technologie, et quelle rapidité !…
Les fichiers qui s’entassent, et la mémoire qui flanche…
Les drapeaux qui dépassent, et les mots qui s’épanchent…
Je fais des dossiers, pi je les classe…
Pi je me dis que je vais prendre le temps…
Le temps de bien les traiter…
Mes petits mails qui s’entassent…

C’est pas dur de cliquer, pour envoyer un petit mot…
C’est pas dur de faire « entrée », pour renvoyer un écho…
Ce qui prend le plus de temps, c’est de prendre le temps,
De renvoyer autre chose que du vide dans l’instant présent…
Je veux faire passer dans mes mots,
Plus que des considérations météo bateaux…
Je veux faire passer par les yeux de mon lecteur,
Un peu de ce que j’ai dans le cœur… 

Les réponses à vos mails… que vous ne recevez pas…
Je vous jure pourtant que je les ai écrites… quelque part, dans ma tête…
Pas eu le temps de les faire passer par le clavier, je sais… c’est bête !…
Mais… c’est comme ça !…
Je pense à vous quand même…
Bien que ces pensées ne passent pas par le modem…
Les pensées sont des ondes,
Qui s’étendent sur le monde…

Je vous envoie tous mes vœux,
Et mes meilleures pensées…
Je vous envoie tous mes vœux,
Et « Mail plus long, suivra sous peu… »
Je pense à vous quand même,
Même si ces pensées passent pas, par le modem…
Les pensées sont des ondes…
Qui se répandent sur le monde…

J’aimerais que ma pensée vous dessine un sourire…
Qu’elle vous laisse songeurs et apaisés…
Et que je reçoive l’écho de vos sourires
Par ondes interposées…
Je pense à vous quand même,
Même si ces pensées-là ne passent pas par le modem…
Mes pensées sont comme des sondes,
Qui défendent mon monde…

... LW...